par et pour les journalistes d’investigation citoyens

Des blogueurs de gauche et de droite récompensés par un lobby pro-Assad

octobre 14, 2019

Par Syrie Factuel

Un groupe obscur qui soutient le dictateur syrien Bachar al-Assad verse des milliers de dollars à des activistes d’extrême droite, des sites conspirationnistes, des youtubeurs et à Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, sous couvert d’un prix pour « intégrité sans compromis dans le journalisme ».

L’«Association for Investment in Popular Action Committees» («Association pour l’investissement dans les comités d’action populaire»), une association à but non-lucratif basée dans la région de la baie de San Francisco, existe officiellement pour sensibiliser le public aux «questions de justice sociale qui sont essentielles pour une paix mondiale durable». En pratique, son action a consisté à renforcer le soutien public au régime d’Assad, qui a récompensé le groupe et l’une de ses principales vitrines, le Syria Solidarity Movement («Mouvement de solidarité avec la Syrie») en leur octroyant des visas et l’accès aux principaux officiels à Damas.

L’association récompense désormais ses compagnons de voyage, dont un certain nombre ont suivi son trésorier à une conférence parrainée par l’État, menée par Bachar al-Assad en personne, afin de promouvoir «la solidarité avec les travailleurs et le peuple syrien».

«Le Serena Shim Award for Uncompromised Integrity in Journalism («Prix Serena Shim pour une intégrité sans compromis dans le journalisme») honore les journalistes non-mainstreams qui continuent de dire des vérités difficiles en des temps difficiles», indique le site internet créé par le groupe. Le nom donné au prix est celui d’une Américaine qui travaillait pour Press TV, une chaîne de télévision gouvernementale iranienne, et qui est décédée dans un accident de voiture en 2014 alors qu’elle faisait un reportage en Turquie. «Les fonds fournis par ce prix permettent à ces journalistes courageux de poursuivre leur travail dans un environnement qui les pénalise à cause de la clarté de leur vision et leur volonté de dénoncer les puissants», indique encore le site internet.

Bien qu’obscur, et à ne pas confondre avec «l’AIPAC» qui soutient l’État d’Israël, l’association derrière ce dernier prix de journalisme a fait la une des journaux pour sa générosité l’année dernière, lorsque l’ancien membre du Congrès de l’Ohio, Dennis Kucinich, a révélé qu’il avait reçu 20 000 dollars pour prendre la parole lors d’une conférence pro-Assad en 2017 au Royaume-Uni. Kucinich était alors candidat au poste de gouverneur au moment de l’admission, ce qui a contribué à lui coûter l’élection.

«Durant la campagne électorale, Dennis a refusé de condamner Assad», avait déclaré à l’époque l’ancien gouverneur démocrate de l’Ohio, Ted Strickland. «Ce que nous savons maintenant va plus loin. Dennis ne défendait pas seulement Assad par conviction, il était également payé par un groupe de supporters de ce dictateur criminel.»

Kucinich, qui a remis en cause la responsabilité du régime d’Assad dans les attaques chimiques et rencontré le dictateur en personne en 2017, a d’abord décrit ses sponsors financiers comme un «groupe de défense des droits civiques». Il a ensuite présenté des excuses – reconnaissant que son argent provenait d’un lobby partisan d’un dictateur, et non d’une organisation de paix – et s’est engagé à rendre l’argent sale.

Un document déposé auprès de l’IRS (Internal Revenue Service, agence fédérale américaine chargée des impôts – ndt) en 2017 indique un paiement de 20 000 dollars pour de la « recherche / publication » liée à la Syrie

Le Syria Solidarity Movement a été créé en 2013 pour faciliter une tournée de conférences en Amérique du Nord pour Mère Agnès, selon son site internet. Mère Agnès est une religieuse pro-Assad qui a affirmé que les centaines de victimes de l’attaque au sarin de la Ghouta en 2013 avaient été placées par des insurgés anti-gouvernementaux, et non pas tuées par l’État syrien, lors de rassemblements à travers les États-Unis en tant que représentant de «the Syrian Mussalaha» («Réconciliation syrienne») – une fausse initiative de paix lancée par le régime de Damas et dirigée par Ali Haidar, ministre du gouvernement Assad et dirigeant du PSNS (Parti social nationaliste syrien).

Cette initiative est fermement soutenue par le «Syria Solidarity Movement», en dépit du fait que le PSNS est une organisation farouchement antisémite et fasciste qui prône une «Grande Syrie» incorporant le Liban et la Palestine. Son logo est une interprétation stylisée de la croix gammée. Le groupe a exploité ses liens internationaux avec l’extrême droite pour mener une campagne de «solidarité» du régime syrien à l’étranger.

En effet, Haidar, le chef du PSNS s’est exprimé lors de la même conférence que Kucinich en 2017, tandis que Susan Dirgham, coordinatrice nationale d’«Australians for Mussalaha» («Les Australiens pour la réconciliation»), est membre fondateur du comité directeur du Syria Solidarity Movement. Sur son site internet, le Syria Solidarity Movement déclare qu’il est «impératif» que «l’initiative de réconciliation de Mussalaha soit reconnue, encouragée et soutenue par tous ceux qui croient en la paix par le dialogue».

Le Syria Solidarity Movement et son organisation mère à but non-lucratif ne révèlent pas le nom de leurs donateurs, mais ils ont tous deux de l’argent à dépenser. Entre 2007 et 2017, l’association a reçu au moins 1,8 millions de dollars de soutien de donateurs dont l’identité n’a pas été divulguée, selon le rapport financier déposé auprès de l’IRS. Son président, Kamal Obeid, est ingénieur en bâtiment et membre du conseil consultatif d’«Architects & Engineers for 9/11 Truth» («Architectes et ingénieurs pour la vérité sur le 11 septembre»), qui maintient que les attaques de 2001 sur le World Trade Center étaient un «complot intérieur». L’association finance également l’International Solidarity Movement du Nord de la Californie, un groupe pro-palestinien.

Paul Larudee, le trésorier du groupe, se décrit comme un ancien conseiller du gouvernement américain en Arabie Saoudite et fait partie des militants palestiniens de la région de la Baie de San Francisco, avec lesquels il s’est souvent affronté en raison de ses propres relations. Larudee apparaît également fréquemment dans les médias d’État iraniens. Lors d’une apparition en mai sur Press TV, à l’occasion de la «Journée internationale du Quds» (Corps des gardiens de la révolution islamique, organisation paramilitaire du gouvernement iranien – ndt), il a pris la parole aux côtés d’un négationniste de l’Holocauste, Kevin Barrett, qui a déclaré que «la fausse attaque du 11 septembre» avait été perpétrée par des «sionistes extrémistes» dans le cadre d’une conspiration visant à long terme la domination du monde. Larudee, pour sa part, a affirmé que la politique étrangère américaine était dictée par Israël, ajoutant que les responsables «présumés nommés par Trump sont en fait nommés par Tel-Aviv, pour la plupart».

Ce n’était pas la première fois que Barrett et Larudee apparaissaient en tandem : ce sont des collaborateurs réguliers, Larudee étant également apparu sur le web show de Barrett en 2017. Le Syria Solidarity Movement a republié les affirmations de Barrett selon lesquelles les attaques chimiques en Syrie sont des «false flags» («faux drapeau», expression qui désigne des opérations secrètes menées avec les signes de reconnaissance de l’ennemi afin de faire croire à sa responsabilité – ndt) menés par les rebelles et conçus pour provoquer une intervention humanitaire occidentale, qui n’est jamais arrivée.

Larudee a également suggéré que le financier juif George Soros pourrait financer le mouvement BDS (Boycott, désinvestissement et sanctions) afin de renverser l’activisme anti-Israël.

En ce qui concerne la Syrie, Larudee n’a pas seulement aidé le régime depuis chez lui. En 2014, il s’est rendu dans le pays en tant qu’observateur international pour une élection truquée remportée par Assad avec 88,7 % des voix. Par ailleurs, lui et d’autres observateurs ont été accueillis à Damas par l’International Union of Unified Ummah («Union internationale de l’oumma unifiée»), une ONG iranienne.

Judith Poe, la mère de Serena Shim, a transmis toutes les questions concernant le prix à Larudee. «Je suis sûre qu’il sera heureux de vous donner toutes les informations que vous désirez», a-t-elle déclaré.

Il ne l’était pas. Ni Larudee ni Obeid n’ont répondu à nos courriels, appels téléphoniques et messages vocaux demandant des commentaires sur le prix ou son attrayante manne de dollars. Il n’existe donc aucun moyen de discerner comment les gagnants ont été sélectionnés, mais il existe un intérêt commun : ils sont tous conspirationnistes à l’extrême et chacun d’eux a émis des doutes sur le «récit officiel» de la perpétration de diverses atrocités par le régime syrien.

Les données d’enregistrement de nom de domaine montrent que les sites internet d’AIPAC et du Serena Shim Award sont hébergés sur la même adresse IP.

Parmi ces lauréats figure Jimmy Dore, un comédien devenu commentateur politique employé par The Young Turks, un programme progressiste diffusé en streaming, jusqu’en avril 2019. Selon un dossier de l’IRS, Dore a en fait commencé à recevoir des fonds de l’association à l’origine du prix Serena Shim en 2017, recevant 2 500 dollars pour ce que l’association a qualifié de «média des droits de l’homme».

La même année, Dore affirmait qu’une attaque à l’arme chimique sur la ville de Khan Cheikhoun, alors contrôlée par l’opposition, était probablement un «false flag», les cadavres d’enfants morts ayant, peut-être, été placés par des extrémistes (les Nations unies ont confirmé que le gouvernement syrien, la seule partie au conflit connue pour disposer de sarin et d’une force aérienne, en était responsable).

«Reporter Actually In S-Y-R-I-A Exposes Media Lies About Everything» («Un reporter présent en S-Y-R-I-E dévoile les mensonges des médias sur tout», ndt) était le nom d’une autre vidéo complotiste publiée en 2017 où apparaissait Eva Bartlett, membre fondateur du Syria Solidarity Movement et première lauréate du prix Serena Shim.

Le dépôt de 2017 auprès de l’IRS révèle que 2 500 dollars ont été versés à la société de production de Jimmy Dore

Dans une déclaration, un porte-parole de The Young Turks, fondé par l’ancien animateur de la chaîne d’information américaine MSNBC, Cenk Uygur, a déclaré que la société n’avait pas connaissance de ces paiements. Le porte-parole ne semble pas avoir été perturbé par le fait que l’un de ses anciens animateurs ait encaissé de l’argent provenant d’un groupe défendant un régime ayant commis des atrocités réfutées par ce même animateur, suggérant que sa société respecte les mêmes normes éthiques que les grands médias.

«Dore était un entrepreneur indépendant», a déclaré le porte-parole. «Nous ne pouvons pas obliger les entrepreneurs, ni aucune entreprise, à divulguer toutes leurs sources de revenus externes. J’espère que vous ne suggérez pas que nous demandions une vérification financière complète de toutes les personnes que nous employons, car cela serait clairement absurde.» Le porte-parole a suggéré d’examiner plutôt «les millions de dollars que les entreprises de médias mainstreams reçoivent en revenus publicitaires provenant d’entreprises de défense et d’autres sources de revenus pour déclencher une guerre contre la Syrie».

Note : selon la Society of Professional Journalists («Société des journalistes professionnel»), les médias devraient «refuser les cadeaux, les faveurs [et] les frais» qui «peuvent compromettre leur intégrité ou leur impartialité»; ceci, selon Fred Brown, de la société, «est à la base du code de déontologie de nombreux employeurs ».

Bien que l’association n’ait pas encore déposé sa déclaration à l’IRS pour 2019, une autre lauréate du prix Serena Shim, Kim Iversen, a révélé dans un message de célébration sur Instagram que son prix avait été accompagné d’un montant se comptant en milliers de dollars. Youtubeuse à la popularité fulgurante – de 5 000 abonnés en février à plus de 166 000 aujourd’hui – Iversen a publié des vidéos sur toute une gamme de lourds sujets géopolitiques, spéculant qu’une attaque iranienne contre un pétrolier était un «false flag» et affirmant que Saddam Hussein et Mouammar Kadhafi ont été renversés par l’Occident pour avoir tenté de vendre du pétrole dans une monnaie autre que le dollar américain. Iversen s’intéresse particulièrement à la candidature à l’élection présidentielle de Tulsi Gabbard. Une de ses vidéos sur 10 se focalise sur la représentante du congrès, l’une des favorites des complotistes pro-Assad, qui remet elle-même en cause la responsabilité du régime syrien dans les attaques chimiques.

«C’est un honneur d’être reconnue pour avoir pris une position même quand elle est impopulaire», a écrit Iversen le 2 août. «Ce prix de 5 000 dollars en espèces me permettra d’élever le show au niveau supérieur»:

Jusqu’à présent, deux douzaines de personnes ou organismes de presse ont reçu ce prix. Cela pourrait représenter jusqu’à 120 000 dollars de prix pour les médias pro-Assad, en supposant que le tarif soit identique pour les autres lauréats, dont Ajamu Baraka, candidat à la vice-présidence du Parti Vert des États-Unis en 2016; Kevork Almassian, un militant syrien employé par le parti d’extrême droite Alternative für Deutschland (AfD – Alternative pour l’Allemagne); et Caitlin Johnstone, une Australienne qui se décrit comme «journaliste financée à 100% par les lecteurs» et qui a défendu la théorie selon laquelle Seth Rich, membre du personnel du Parti démocrate serait lui-même responsable de la fuite de courriels démocrates avant la dernière élection présidentielle américaine, et non pas le gouvernement russe.

Le prix, ainsi que l’argent qui l’accompagne, a également été attribué à plusieurs sites internet et blogs qui défendent régulièrement les théories du complot pro-Assad, y compris Information Clearing House – un site antisémite qui a publié des chroniques affirmant que les fusillades de masse sont des «false flags» ; Moon of Alabama, qui affirme que le virus Zika a été conçu pour traiter les anomalies congénitales en réalité causées par des pesticides ; Black Agenda Report, qui soutient que la révolution au Soudan était une opération de changement de régime ; et South Front qui affirme dans une vidéo que le prix Serena Shim contribuera à sa «lutte contre la dystopie mondialiste néolibérale». (CORRECTION: Paul Antonopoulos a été précédemment identifié de manière incorrecte dans cet article comme le fondateur de South Front – il est en réalité le directeur de la rédaction de Fort Russ News. Bellingcat présente ses excuses pour cette erreur.)

MintPress News, qui a publié en 2013 un article attribuant les attaques chimiques en Syrie aux rebelles anti-Assad – l’article a été attribué à un journaliste qui a nié l’avoir écrit – a reçu un montant d’argent non divulgué; Whitney Webb, Finian Cunningham et Max Blumenthal, trois de ses contributeurs réguliers, ont également reçu le prix, de même que Rania Khalek, une personnalité des médias d’État russes qui, en 2018, était apparue subrepticement sur la liste de paye du Kremlin. Vanessa Beeley, intervenante régulière sur RT et membre du comité directeur du Syria Solidarity Movement, a également reçu un prix pour ses commentaires favorables au régime. La spécialité de Beeley est d’attaquer les Casques Blancs, un groupe de volontaires qui viennent secourir les victimes de bombardements syriens, russes et américains.

Blumenthal, Khalek et Baraka ont tous assisté à un «forum syndical» en Syrie, parrainé par le régime d’Assad, le 8 septembre, pour se dresser «contre le blocus économique, les interventions impérialistes et le terrorisme». Cette visite a eu lieu alors que le régime syrien n’accorde généralement pas de visas de voyage aux citoyens américains, selon des entretiens avec des visiteurs récents et un voyagiste à Damas ; ils étaient accompagnés de Paul Larudee ainsi que de Rick Sterling et Judith Bello, deux autres membres du comité directeur du Syria Solidarity Movement.

Les membres du comité directeur du Syria Solidarity Movement et les lauréats du prix Serena Shim ont été invités à une conférence syndicale parrainée par le régime qui s’est tenue à Damas les 8 et 9 septembre 2019. Il est bien entendu illégal de faire grève en Syrie. (De droite à gauche au premier rang : Ajamu Baraka, Judith Bello, Paul Larudee et Rick Sterling ; Rania Khalek est assise au dernier rang (troisième à gauche), à côté de Max Blumenthal.

Venezuela Analysis, un site internet créé par le mari d’une diplomate vénézuélienne, participe également au complotisme en lien avec la Syrie et a été récompensé pour ses efforts. Greg Wilpert, le fondateur du site, a déclaré qu’il n’était pas très familier avec les gens et l’argent derrière ce prix. «Nous avons été informés par le trésorier du prix Serena Shim, Paul Larudee», a-t-il déclaré. «C’est tout ce que nous savons.» Wilpert a choisi de ne pas révéler le montant de la contribution reçue pour son site internet.

En 2018, confronté à la source du lourd cachet qu’il avait reçu pour son discours, le membre du Congrès Kucinich a jugé les fonds comme étant toxiques et les a rendus, en déclarant que «quiconque défend la paix doit pouvoir rester au-dessus de toute influence».

Un article de Charles Davis traduit par Syrie Factuel

Syrie Factuel

S’abonner à la liste de diffusion Bellingcat:

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir un digéré hebdomadaire des publications de Bellingcat, les liens vers des articles d’enquête en source ouverte, et plus encore.

Soutenir Bellingcat

Vous pouvez soutenir le travail de Bellingcat par donations en utilisant le lien suivant:

Répondre

  • (ne sera pas publié)