par et pour les journalistes d’investigation citoyens

Ces généraux syriens ont-ils assisté à une attaque chimique contre un hôpital ?

avril 21, 2020

Par Syrie Factuel

Le 8 avril dernier, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) a publié le premier rapport de l’Équipe d’enquête et d’identification (IIT). Elle a examiné trois attaques chimiques aux alentours de Latamné : deux au sarin les 24 et 30 mars 2017, et une au chlore le 25 mars 2017. L’attaque du 25 mars a frappé un hôpital vers 15 heures, heure locale, tuant un médecin et blessant 30 personnes. L’IIT a conclu qu’il existait des motifs raisonnables de croire que ces attaques avaient été menées par le gouvernement syrien.

Nous savons qu’une délégation de généraux a visité un poste de commandement de la province de Hama et a assisté à des frappes sur Latamné le 25 mars 2017, le jour même de l’attaque au chlore contre l’hôpital. Parmi cette délégation, Ali Abdallah Ayoub et Souheil al-Hassan. La présence d’al-Hassan est significative : il est le commandant des « Forces du Tigre», qui ont déjà été associées à l’utilisation de munitions au chlore larguées par hélicoptère.

Cette visite a été rapportée à la fois par SANA, une agence de presse de l’État syrien, et le ministère syrien de la Défense. En effet, SANA a réalisé une vidéo de cette visite, qui a été supprimée par la suite, lorsque SANA a purgé son compte YouTube. Cependant, Syrian Archive a réussi à en collecter une copie avant la suppression.

Notre évaluation montre que les généraux en visite étaient probablement présents à ce poste de commandement pour observer des frappes sur Latamné, moins de deux heures avant l’attaque au chlore contre l’hôpital de Latamné :

Il existe deux méthodes grâce auxquelles nous pouvons établir l’heure de cette visite. La première consiste à analyser les ombres. Pour le faire avec précision, nous devons savoir où se trouve l’objet projetant l’ombre.

Les ombres que l’on distingue le mieux sur la vidéo de SANA sont celles projetées par des soldats alignés pour une inspection. En examinant la vidéo, nous pouvons identifier une route allant d’est en ouest, un talus au nord, une jonction en T à l’est et une structure en béton du côté nord de la route. Un seul endroit à proximité du poste de commandement correspond à ces caractéristiques, et c’est un tronçon de route situé aux coordonnées 35.205926, 36.771009.

Remarquez le remblai de terre au nord, le virage de la route à l’est et une structure en béton avec un trou

Malheureusement, il n’y a pas de points de référence clairs que nous pourrions utiliser pour situer les ombres. Le meilleur marqueur que nous avons est la route, avec laquelle les ombres des militaires semblent presque former un angle droit.

Nous pouvons simuler ces ombres en utilisant Suncalc, un outil utilisé pour calculer les emplacements des ombres à des dates et heures particulières. En plaçant l’ombre perpendiculairement à la route, nous obtenons 13h comme heure approximative. Après avoir testé différentes hypothèses, il semble que le passage en revue des troupes a eu lieu entre 12h et 14h.

Pour faciliter l’analyse, la hauteur de l’objet virtuel projetant l’ombre sur Suncalc a été fixée à 100 mètres. Étant donné que cela n’affecte pas l’angle de l’ombre, cela n’a aucun impact sur le calcul de l’horaire, sauf pour faciliter la visualisation de l’ombre simulée.

Simulation d’ombres avec Suncalc

Une meilleure analyse des ombres peut être effectuée sur ce qui semble être des images d’un appareil de reconnaissance, probablement un drone, comme repéré par @MCantow. Dans ces images, les ombres sont claires, tout comme les points de référence tels que les bâtiments et les routes. Le flux vidéo affiche la latitude et la longitude de sa cible en bas à gauche de l’écran, il est donc facile de trouver son emplacement.

Images de reconnaissance visibles à 00:41 dans la vidéo de SANA

Dans le flux vidéo, les ombres semblent s’aligner presque parfaitement avec une route secondaire, que nous pouvons utiliser pour établir leur angle. Ce point de référence clair nous permet d’être beaucoup plus précis qu’avec la précédente analyse des ombres et nous donne un horaire proche de 14h15. Un changement de quinze minutes par rapport à celui-ci change l’angle de l’ombre et elle n’apparaît alors plus cohérente avec les images de reconnaissance.

En utilisant Suncalc, nous pouvons donc obtenir une évaluation raisonnablement précise de l’heure à laquelle certaines parties de cette visite ont eu lieu. Cependant, en regardant les cadrans des montres des participants présentés dans les images, il est peut-être possible d’obtenir une évaluation encore plus précise.

Bien que la plupart des montres que nous voyons dans la vidéo soient trop floues pour distinguer leur cadran, nous voyons à un moment celle du général Ayoub.

Vidéo SANA à 01:31

Sa montre semble indiquer l’heure approximative de 13h15.

Nous avons décidé d’utiliser l’outil d’accentuation des contours de Topaz pour obtenir une image plus nette, dont il convient cependant de noter qu’il s’agit de l’interprétation de l’outil. Nous avons placé l’image plus nette à côté d’une montre similaire pour faciliter la comparaison. Les aiguilles semblent indiquer 13h15, ce qui est cohérent avec l’analyse des ombres que nous avons effectuée plus tôt.

Le cadran de la montre affiné à l’aide de Topaz avec une montre similaire pour comparaison

Au cours de leur visite, les généraux ont à un moment donné observé Latamné, et le reportage de SANA comprend des images de ce qui semble être des frappes aériennes sur la ville.

En haut : vue de Google Earth depuis le poste d’observation. En bas : le général Ayoub reçoit un briefing en surplomb de Latamné.

En traçant des lignes droites passant par des points fixes sur la carte, nous pouvons établir des zones linéaires là où les frappes montrées à Latamné dans la vidéo de SANA ont eu lieu.

Les lignes le long desquelles les frappes aériennes visibles dans la vidéo de SANA ont eu lieu. Le cercle jaune correspond à l’emplacement de l’hôpital qui a été touché par une munition au chlore plus tard dans la journée.

Bien qu’aucune de ces frappes ne corresponde à l’attaque chimique contre l’hôpital sur laquelle l’IIT a enquêté, cela démontre que les visiteurs observaient bien des frappes en cours sur la ville de Latamné.

Conclusion

La présence du général Ayoub et du commandant al-Hassan à un poste de commandement, assistant à des frappes sur Latamné dans les deux heures précédant une attaque au chlore contre cette ville, est un fait potentiellement significatif. Si les images de reconnaissance qui apparaissent dans la vidéo de SANA étaient bel et bien en direct, alors ils étaient présents au poste de commandement environ 30 minutes avant que les hélicoptères ne décollent de la base aérienne de Hama pour attaquer Latamné avec du chlore.

Compte tenu du temps requis pour les vérifications avant le décollage et le chargement des munitions, il semble probable que cette visite ait donc eu lieu alors qu’une attaque chimique était en préparation sur la ville que les généraux étaient justement en train d’observer.

Comme mentionné précédemment, les Forces du Tigre de Souheil al-Hassan ont déjà été associées à l’utilisation de bombes au chlore larguées par les airs. Sa présence dans un poste de commandement le 25 mars 2017, en train d’assister à des attaques contre Latamné, est une donnée potentiellement importante pour établir la responsabilité de l’attaque au chlore qui a eu lieu plus tard dans la journée.

Avec mes remerciements à Timmi Allen pour avoir aidé à affiner l’imagerie

Article de Nick Waters traduit par le collectif Syrie Factuel

Syrie Factuel

S’abonner à la liste de diffusion Bellingcat:

Entrez votre adresse e-mail pour recevoir un digéré hebdomadaire des publications de Bellingcat, les liens vers des articles d’enquête en source ouverte, et plus encore.

Soutenir Bellingcat

Vous pouvez soutenir le travail de Bellingcat par donations en utilisant le lien suivant:

Répondre

  • (ne sera pas publié)